Horti Generation

Une nouvelle révolution : culture de la vigne en serre

culture de la vigne sous serres

This post is also available in: Français English (Anglais)

Introduction

La grande majorité des vignes sont cultivées en plein champ dans le monde, plus particulièrement en France, en Italie, en Espagne, en Chine, aux États-Unis et en Turquie, les principaux pays producteurs (source, 2028). En effet, cinq pays représentent 50% du vignoble mondial.

La plupart des cépages sont des vignes que l’on trouve dans les climats tempérés ou méditerranéens.

2019 – Rapport statistique sur la viticulture mondiale (source : here)

Aujourd’hui, les conséquences du réchauffement climatique se font de plus en plus sentir. De plus en plus, les agriculteurs du monde entier subissent des pressions pour protéger les cépages et maintenir la qualité et les rendements constants.

Les variations importantes de température affectent le cycle hydrologique, le régime, la fréquence et la durée des précipitations ces dernières devenant de plus en plus variables. Cela aura des répercussions sur l’approvisionnement en eau des vignobles. Dans certaines régions du sud de l’Europe, la situation est déjà critique avec des vagues de chaleur et des sécheresses répétées… Une augmentation du rayonnement incident, et en particulier de sa composante UV-B, a également été observée par les experts.

Ces changements affectent le développement de la plante et finalement les qualités du vin pour les consommateurs.

Une autre tendance est également observée avec les nouveaux pays actifs dans la production de vin. Nous verrons dans cet article le cas de la culture de certains cépages sous serre en Amérique du Nord au Québec, Canada. Dans ces régions nordiques, le froid extrême en hiver et la forte humidité en été sont les principales contraintes des agriculteurs.

L’évolution actuelle des changements climatiques et de la culture de la vigne dans de nouveaux territoires amène à la réflexion suivante : « Peut-on cultiver la vigne dans un environnement protégé ? »

Impact des conditions climatiques sur la qualité du vin

La qualité finale du vin est dépendante de nombreux facteurs. On peut parler du cépage, du type de sol, de la technique de culture mais aussi des conditions climatiques. Ce dernier est un facteur très important…

En effet, les concentrations d’arômes et de sucres ainsi que les arômes du vin seront fortement liés au climat comme l’indique le schéma (en anglais) ci-dessous :

Source: Schultz H.R., Hochschule Geisenheim University (article here)

Les périodes de température et d’humidité élevées seront nuisibles aux cultures, de même que les périodes de froid intense. L’augmentation de la sévérité et de la fréquence de ces épisodes extrêmes sera très négative et affectera la santé du vignoble et la qualité du vin.

En effet, le stress hydrique, les changements brusques de température ou le gel, ont un impact sur l’équilibre entre le sucre et l’acidité des raisins, ce qui affecte la palette d’arômes. Par exemple, un vin blanc, autrefois vif et délicat, pourrait devenir plus floral et gras. Cela peut aussi transformer un vin rouge, autrefois tannique, qui pourrait devenir fruité et aromatique.

En outre, le changement climatique aura également une influence sur les ravageurs et les maladies de la vigne. Des températures élevées couplées à une forte humidité augmenteront le risque d’attaques fongiques. De plus, les plantes plus vulnérables durant ces périodes seront plus fragiles et sensibles aux maladies. Pour finir, certains ravageurs non présents dans certaines zones vont également migrer et être des vecteurs potentiels de virus sur les cultures.

La culture de la vigne dans un environnement protégé ?

Les constats précédents nous amènent à penser qu’un changement profond dans le secteur de la viticulture devra être effectué à court terme.

L’une des solutions consiste à remplacer les variétés actuelles (ou « cépages ») par des variétés plus résistantes aux conditions climatiques chaudes. Cela peut faire partie de la solution, mais cette option a ses limites.

Selon certains spécialistes, l’un des principaux problèmes est le manque d’eau qui affectera le plus les vignobles. La viticulture de demain doit donc anticiper ces phénomènes et s’adapter au changement climatique.

La protection des cultures par des abris tels que des ombrières ou des serres en couverture plastique (de basse technologie ou low-tech en anglais) peut être une solution pour limiter les impacts de l’environnement extérieur. En plus de protéger les raisins des ravageurs et des prédateurs tels que les oiseaux, ces structures pourraient être dotées de systèmes permettant de recueillir l’eau et de l’utiliser ensuite pour irriguer les plants de vigne.

Cependant, les inconvénients seront l’investissement initial et l’entretien des structures et des couvertures, mais cela pourrait permettre de conserver un niveau de production élevé sans altérer la qualité finale du vin. Cela pourrait représenter des économies importantes pour les producteurs.

Une autre limitation serait que la présence de tels abris dans des régions humides pourrait favoriser le développement de maladies fongiques telles que l’oïdium qui se développe dans des environnements chauds et humides. En effet, l’ « effet de serre » dans la zone de culture va augmenter la température et l’humidité va également s’élever lorsque les plantes transpireront.

Cependant, une des solutions serait d’avoir des structures plus hautes avec des filets à grandes mailles (filets anti-insectes) et une ventilation active (brassage de l’air) dans la serre.

Exemple : culture de cépages sous serres au Québec, Canada

Dans la province du Québec au Canada, il n’est pas possible de cultiver certains cépages nobles (ou « cépages ») en raison des hivers longs et froids. En réalité, les températures peuvent descendre à -40 degrés Celsius (ou -40 degrés fahrenheit) et être négatives pendant la moitié de l’année.

Pour faire face à ces conditions extrêmes et produire un vin de qualité supérieure conforme aux normes européennes, certains producteurs cultivent leurs raisins sous serre. L’objectif est de reproduire des conditions proches du climat méditerranéen pour des vignes importées du sud de l’Europe.

Chaque serre compte environ 600 plants de vigne (source Radio-Canada : ici)

Dans l’exemple ci-dessus, les serres sont chauffées en hiver avec de la biomasse pour maintenir des températures positives. Un système de ferti-irrigation alimente les plantes. On peut remarquer que les serres (modèle = Ovaltech) sont ventilées de manière passive avec un système d’enroulement latéral protégé par un filet anti-insectes. Le Cabernet Sauvignon, le Merlot, le Pinot Gris, le Riesling et le Gewurztraminer sont cultivés dans ces serres individuelles.

« L’un des principaux défis consiste à atteindre le nombre de degrés-jours permettant de faire mûrir suffisamment les raisins rouges et d’obtenir le taux de sucre nécessaire pour pouvoir élaborer des vins de qualité. »

Une des grandes questions reste la rentabilité de ce modèle sachant que les jeunes vignes vont pendre trois ans avant de pouvoir produire des raisins.

Exemple: production de raisins sous serres tunnel dans le Nord de la France

Utilisation de la serre pour faire mûrir des variétés dites tardives à plus grosses grappes.

Source : Rustica

Conclusion

Le changement climatique est un défi majeur pour l’industrie mondiale du vin dans les années à venir.

Même si la situation actuelle en 2021 peut être positive pour certains vignerons, ils devront anticiper les variations brutales du climat dans un futur proche pour conserver leurs standards de production et de qualité. Nous avons vu que les qualités organoleptiques vont évoluer si le climat change, ainsi les attraits de certaines zones géographiques vont migrer plus au nord.

L’utilisation de systèmes d’irrigation et de serres pour produire du vin peut sembler extrême aujourd’hui, mais ces alternatives pourraient faire partie de la solution de demain… Certains producteurs en Amérique et en Europe expérimentent déjà ces nouvelles techniques.

D’autres solutions peu coûteuses existent comme la protection des cultures par géotextile en hiver ou le maintien d’un couvert végétal pour limiter l’érosion des sols associé à l’utilisation de « mulch » au pied des vignes. Il existe également l’irrigation par aspersion pour se protéger des gelées de printemps.

Sources :

2019 Statistical report on world vitiviniculture:
https://www.oiv.int/public/medias/6782/oiv-2019-statistical-report-on-world-vitiviniculture.pdf

Caractéristiques agronomiques des cépages cultivés au Québec et résumé de l’état des connaissances sur la protection contre le gel (Agri-Réseau):
https://www.agrireseau.net/documents/102225/caracteristiques-agronomiques-des-cepages-cultives-au-quebec-et-resume-de-l_etat-des-connaissances-sur-la-protection-contre-le-gel?a=1&r=vigne+sous+serres

Du vin bio ontarien provenant de vignes en serre (AgInnovation Ontario):
https://l-express.ca/du-vin-bio-ontarien-provenant-de-vignes-en-serre/

Les impacts du changement climatique sur la viticulture : une vision européenne.
http://www.vignevin-occitanie.com/wp-content/uploads/2018/11/Impact-du-changement-climatique-sur-la-viticulture-vision-europeene-Schultz.pdf

Van Leeuwen, Cornelis & Darriet, Philippe & Pons, Alexandre & Dubernet, Marc. (2016). Effet du changement climatique sur le comportement de la vigne et la qualité du vin. https://www.researchgate.net/publication/341722964_Effet_du_changement_climatique_sur_le_comportement_de_la_vigne_et_la_qualite_du_vin

Un pas de plus vers la production de cépages en serre au Vignoble Carpinteri (Radio-Canada):
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1039112/un-pas-de-plus-vers-la-production-de-cepages-en-serre-au-vignoble-carpinteri

Related Articles

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site web de l'auteur

Corenthin Chassouant

Ingénieur agronome (MSc) travaillant dans le secteur des serres et de l’industrie horticole. Mes expériences internationales et mes connaissances me permettent de travailler avec des agriculteurs et des professionnels dans le monde entier pour les conseiller.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *